Loisirs

Tags: , , , , , ,

Atelier Dur à Cuir (Partie 2)

Et nous voilà de retour le samedi suivant ! nous avons repris nos patrons, remis à plat les bouts de papier et nous voilà parti pour le découpage des pièces !

Déjà, on commence à stresser, on découpe des pièces plus grandes, plus précises. Il faut que tout puisse s’assembler à la fin sans problème. Comme on a plusieurs cuirs, tous ne réagissent pas pareil (le vert était un bonheur à couper, le noir était tout mou, fallait être précis et bien tenir, le léopard est un cuir de chèvre encore poilu, il faut donc le couper à l’envers et bien penser au sens du poil qu’on veut au final !).

 

Finalement, avec la Salamandre, on met tous les bouts ensemble, c’est bon ! ça ressemble à ce qu’on avait en tête ! (ouf ^^’)

Et donc là on attaque la grosse partie : la couture ! Ca me stresse bien plus que la coupe, la coupe au pire, tu redécoupes si tu te loupes, alors que la couture, c’est visible, tu peux plus ou moins foirer, pas coudre droit (ma grande spécialité)…

 

Comme on sait déjà utiliser une machine à coudre avec la Salamandre, Oriane nous a mis sur sa machine la plus ancienne qui est une antique machine Singer qui marche très très bien (genre trop vite ^^’).

Alors on s’entraîne, on s’applique et on attaque les premières coutures dites “coutures d’ornement” qui sont celles qui ne permettent pas d’associer des partie mais juste de faire “propres (donc genre tu vois que ça si tu te loupes). J’avoue, je me suis loupée sur le premier angle que j’ai fait mais heureusement, il sera caché par le léopard !

 

Puis on commence à associer des morceaux entre eux en utilisant une colle qui permet juste aux morceaux d’adhérer entre eux le temps qu’on les couse. Le sac prend forme ! l’avant et l’arrière sont prêts !

Je suis assez contente, je ne me suis pas trop loupée sur les coutures visibles. Il faut dire que vu qu’on coud à tour de rôle, on n’a pas eu trop le choix du fil. Donc c’était gris clair sur cette machine (là aussi, j’aurais plutôt fait une couture en foncé, heureusement que je ne me suis pas trop loupée ^^’ ).

Les dernières coutures sont les plus stressantes, là où on coud le soufflet sur toute la longueur ! Auriane a du me faire un petit rattrapage parce que le fil ne s’était pas bien mis sur une sur-épaisseur. Puis la fin de l’atelier approchant, Auriane s’occupe elle-même de faire les bandoulières  et les attaches sur nos sacs terminés.

Les quelques points négatifs de cet atelier, c’est qu’on ait du speeder sur la fin alors qu’on a eu plusieurs moments d’attente entre les différentes choses à faire car les 2 autres filles ont eu pas mal besoin d’aide (nous aussi hein, mais moins), c’est aussi tombé que c’était un jour où il y a eu plusieurs clients (ce qui est bien pour Auriane dans les faits mais moins pratique pour l’atelier en cours). Donc un petit problème d’organisation qui fait que l’atelier n’est peut être pas aussi fluide qu’il ne pourrait (on aurait eu le temps de finaliser nos nos bandoulières nous même). Il n’y a également pas beaucoup de temps pour poser des questions hors de ce qui est prévu.

Malgré ces quelques inconvénients, le résultat en vaut le coup ! ça donne clairement envie d’en faire d’autres (bon le plus gros soucis va sans doute être la machine à coudre car il faut une machine à double entraînement et je pense que la mienne n’est qu’une simple entrainement…).

Vous pouvez contacter directement Auriane par son site ici : https://duracuir.com/contact/ pour faire un atelier. Vous pouvez aussi directement aller à son magasin atelier à Lyon 1er. Elle a plein de supers sacs et de petite maroquinerie, mais vous pouvez aussi pour le même prix que ceux vendus en magasin faire adapter un modèle dans d’autres cuirs !

Et le résultat final me direz vous ? rendez vous demain ^^

 

Partager cet article:
Share this page via Email Share this page via Facebook Share this page via Twitter


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *